Grand Prix KO #01 Mini 6-Max Day 1: $50K Gtd. $5.50 buy-in : Débute dans
1 Heures
48 Minutes
59 Secondes
Jouez maintenant
Close

Poker School

How To Lay Down (Fold) A Big Hand In Poker | partypoker608.com

Les joueurs de poker expérimentés savent qu'il est parfois nécessaire d'abandonner une bonne main. Dans cette rubrique, nous allons vous expliquer comment et pourquoi :

Il y a une chose sur laquelle s'accordent tous les amateurs de poker : quel que soit leur niveau d'expérience, ils détestent être obligés se coucher. Ce n'est pas tant le fait d'être éliminé avec une main faible qui est rageant, mais celui d'abandonner une main forte dont on connaît le potentiel.

Pour que vous soyez à jour : lorsqu'un joueur de poker fait référence à un "abandon", il veut dire laisser de côté une main qui aurait pu être gagnante. Cela signifie qu'une main forte, malgré tout, n'est pas invincible. Vous pouvez avoir un énorme potentiel jusqu'au moment où le flop, le tournant et la rivière sont révélés et que les nouvelles cartes créent pour les autres joueurs de nouveaux moyens de vous battre.

Avec la tendance actuelle au jeu agressif et plus relâché, abandonnner une main forte est un art en voie de disparition. Il fut un temps où les joueurs de poker prenaient plus de précautions et étaient moins susceptibles de prendre le risque de suivre, parce qu'une main marginale ne méritait pas d'être jouée. La perspective de gagner peut parfois occulter notre jugement et nous détourner des signes que nous devrions lire, donc, pour augmenter vos chance de gagner un jour, vous devrez peut-être user de l'art de l'abandon.

Le feeling

Vous êtes-vous déjà trouvé dans une situation où vous pressentiez que quelque chose n'allait pas ? Les joueurs de poker ont ce genre de prémonitions pendant les parties. Vous êtes assis à la table et vous sentez ce petit pincement au coeur et le doute qui s'installe dans un coin de votre tête, qui vous disent que votre main n'est pas de taille contre celles des autres joueurs. Ignorez-vous ce pressentiment et essayez-vous d'aller de l'avant, ou vous couchez-vous en avance pour éliminer tout risque de perte ?

Les joueurs de poker parlent de "feeling", mais en termes simples, cela veut dire que votre subconscient tire des leçons d'expériences passées de jeu et qu'il vous rappelle les conséquences qui peuvent en résulter. C'est à vous de décider de ce que vous allez faire de ces informations.

Les meilleurs joueurs sont ceux qui suivent leur instinct et qui abandonnent le jeu alors qu'ils sont en tête.

Les signes de danger

Si vous avez du mal à décrypter les signes de danger, vous n'êtes pas le seul. Ils surviennent au hasard des coups les plus simples, et peuvent facilement causer votre perte si vous ne les décelez pas assez rapidement.

À quels types de coups devez-vous accorder une attention particulière ? Pour commencer, les mises assorties de l'intention de relancer et les minirelances sont surmontées d'un panneau "Danger " clignotant. Il ne faut pas non plus prendre à la légère une main qui peut se révéler être la meilleure main (nuts). En cas de doute sur le potentiel de danger, vous devriez peut-être vous remémorer le moment qui précède le flop. Si vos adversaires suivent alors que vous vous attendiez à ce qu'ils relancent (flat-call), puis s'ils checkent et relancent avec un flop petit à moyen, tout porte à croire qu'il ont pu former une pocket pair.

Vous pouvez vous faire une très bonne idée de la valeur des cartes de vos adversaires en examinant le nombre de jetons qu'ils misent, ce qui vous indiquera si votre main mérite d'être suivie.

D'ici la rivière, vous devez vous poser la questions suivante : vos adversaires ont-ils vraiment une main de plus grande valeur, ou sont-ils en train de bluffer ? Il y a toujours une possibilité que votre main soit battue.

Une science bizarre

En combinant intuition et science du poker, vous devriez arriver à décider de ce que vous devez faire dans une partie plus facilement.

Ça a l'air plus compliqué que ça ne l'est en réalité. Examinons de plus près certaines décisions pré-flop avec lesquelles vous pouvez commencer. Dans le No-Limit Hold'em, un grand nombre des meilleurs mains sont abandonnnées avant le flop, en dépit du fait que le joueur a reçu une main de départ plutôt bonne. Pourquoi ? Parce que cela les empêche de perdre beaucoup de jetons d'un coup.

Il se peut que ce type de manoeuvres vous laisse sceptique. Pourquoi ne pas attendre après le flop si vous recevez une bonne main de départ ? La plupart du temps, ce type de décision est basé sur le nombre de jetons que vous possédez. Les problèmes peuvent survenir lors du pré-flop avec une main qui est de bon niveau sans être impressionnante. Si vous ouvrez une relance avec une main comme 10-10 et que, finalement, on vous sur-relance, votre décision va changer le jeu.

Et là, aussi tentant qu'il soit de suivre la sur-relance et de voir si le flop vous permet de vous en sortir, vous pourriez vous retrouver piégé bien trop facilement. Par exemple, imaginez que vous suivez une sur-relance avec 10-10 et que le flop révèle 7-4-2, vous allez presque à coup sûr être battu par une meilleure main parce que la valeur est faible. Voilà pourquoi vous pouvez vous féliciter de vous être couché avant le flop.

Je demande la cote

Passon maintenant à la cote du pot : quel rôle diriez-vous qu'elle joue dans un abandon de main réussi ? La réponse est : un rôle extrêmement important, bien que vous puissiez être surpris du nombre de joueurs qui ne prennent pas la peine de les prendre en compte. Ou ne savent pas les utiliser.

Explication : c'est lorsque le tour de mise prend fin, généralement à la rivière ou lorsque tous les jetons sont misés, que vous devez faire jouer la cote du pot. L'idée, c'est de comparer la cote à vos chances d'avoir une bonne main. Les comparer aux mains que pourraient avoir les autres joueurs peut également constituer un avantage. Si la cote est bonne, vous pouvez décider de suivre. Si elle ne l'est pas, la meilleure solution serait de vous coucher.

Ce n'est toujours pas clair ? Imaginons que vous jouez contre un joueur prévisible qui suit alors que vous misez avec une double paire :

  • À la rivière apparaît une carte de la bonne couleur, donc vous checkez alors que lui mise.
  • Le pot est de 7 000 et il mise 3 000, ce qui vous laisse 3 000 pour suivre. Si vous gagniez, vous récolteriez 10 000. La cote du pot est de 3,333/1, c'est-à-dire de 30%.

Vous devez décider si votre double paire a 30% de chances d'être bonne ou 30% de chances d'être mauvaise. Si nous devions vous donner un conseil, ce serait, dans cette situation, de vous coucher face à ce joueur. On n'est jamais trop prudent.

Le pouvoir du raisonnement

Tout joueur de poker comprend à quel point il est difficile de décider de se coucher. Et si c'était la main gagnante que vous abandonnez ? C'est pour cette raison que la cote du pot, l'intuition et le décryptage des mains vous aideront tant à arriver à la bonne déduction. N'oubliez pas de ne pas laisser la table, la cote et les gens vous intimider, parce que cela va influer sur les décisions que vous prendrez. Il n'y a pas de honte à se coucher, pas si cela sauve vos jetons pour plus tard.